09.72.52.87.97
DEMANDE DE RAPPEL
ACCUEIL
LE CONCEPT
LES CONSTRUCTEURS
NOTRE EXPERT
CONTACT
 
 

Isolation : vitrages à isolation renforcée
La diffusion de la lumière naturelle est le rôle primordial des vitrages, elle assure la salubrité des locaux, le confort visuel et l’économie d’énergie (absence de lampes allumées dans la journée). Toutes les maisons actuelles sont équipées de larges fenêtres et de grandes baies vitrées. 
Ces grandes baies généreuses ont profondément modifié l'architecture de nos habitats, apporté un confort lumineux, et modifié les habitudes de vie à la différence de nos grands-parents qui vivaient dans des pièces sombres.
 
L'inconvénient du verre :
L’inconvénient majeur est lié au verre qui est un très mauvais isolant et un très bon conducteur de chaleur. L'effet de serre est utilisé par les jardiniers qui constatent que derrière des vitres, la température monte très rapidement et décroit tout aussi rapidement quand la température baisse à l'extérieur. 
Les parois vitrées sont les surfaces de la maison les plus vulnérables aux déperditions thermiques hivernales (condensation et sensation de froid), car elles doivent répondre aux fonctions d'ouverture et de transparence.

Les recherches ont permis de créer le double vitrage pour économiser l'énergie. Il est constitué de deux vitres séparées par une lame d'air qui est un bien meilleur isolant que le verre,
En effet, l'air est un excellent isolant, il améliore également le confort thermique et phonique. Il réduit les pertes de chaleur, la condensation en hiver et l'effet de « paroi froide ». L’augmentation de l'épaisseur de la lame d'air a été ensuite un axe de recherche.

Les tests ont permis de constater qu'au-delà d'une épaisseur d'air de 16 mm, des phénomènes de convection se formaient entre les deux vitres qui annulaient tout bénéfice supplémentaire : 3 ou 5 cm d'air n'isolent pas mieux que 16 mm.
L’air a été substitué par des gaz moins conducteurs de chaleur, l'argon et krypton, qui ont permis d'améliorer sensiblement l'isolation. Ces gaz ne permettant pas de descendre en dessous d'un Ug de 2,5 W/m2.K, un vide d'air, le meilleur isolant, à été crée entre les deux vitres. Mais ce vide d’air soumet le verre à des pressions trop importantes, avec des risques d'éclatement, pour envisager un usage pour l'habitat. Autre effet lié : la condensation se dépose à l'extérieur du vitrage.


L'isolation thermique renforcée : vitrages et fenêtres


La propriété principale des vitrages est de favoriser la pénétration de la lumière du jour vers l'intérieur des habitations. Elle garantie des locaux sains, une luminosité naturelle et agréable ainsi qu' une réduction de la facture énergétique (la lumière artificielle n'étant allumée qu'en l'absence de lumière naturelle).
Les grandes fenêtres et autres baies vitrées ont trouvé leur place dans les maisons contemporaines dont l'architecture a été modernisée pour qu'y soit diffusée encore plus de luminosité. Ces constructions modernes plus en phase avec nos modes de vies et la conception que l'on se fait du confort domestique viennent totalement remplacer les anciennes bâtisses où l'on trouvait autrefois chaleur et intimité dans des pièces sombres et moins spacieuses.


1-Les désagréments du verre


Malgré ses avantages esthétiques et bien qu'il compte parmi les matériaux les plus favorables à la conduction de chaleur, le verre se veut peu performant en matière d'isolation thermique.
L'intérieur de l'habitation connaît alors des écarts de température à l'image des serres dont la température intérieure augmente brutalement lorsqu'elles sont exposées aux rayons du soleil et à une augmentation de la température extérieure, pour refroidir tout aussi rapidement lorsque celle-ci diminue.

Un autre élément caractéristique de la déperdition thermique à laquelle exposent les vitrages est leur propriété de transparence et d'ouverture.

2- La solution aux déperditions de chaleur des fenêtres


Le choc pétrolier des années 70, l'augmentation des coûts énergétiques ainsi que les nouvelles préoccupations relatives à l'environnement ont occasionné une réelle prise de conscience et motivé d'importants travaux de recherches sur la question des déperditions thermiques.
Mis en cause, en ce qu'ils constituaient de mauvais matériaux isolants, les baies vitrées, fenêtres et autres vitrages ont fait l'objet d'expérimentations jusqu'à l'apparition du double vitrage.

*Qu'est ce que le double vitrage ?
Le double vitrage est considéré comme un excellent isolant thermique et acoustique.

Il s'agit d'une paroi vitrée composée de deux « feuilles » de verre assemblées en usine, séparées par un espace hermétique clos, ou « lame d'air » permettant une meilleure isolation thermique. Renfermant de l'air ou un autre gaz déshydraté, ce procédé constitue un bien meilleur isolant que le verre seul.
Il permet également une isolation phonique de meilleure qualité ainsi qu'une réduction de la condensation, du refroidissement des parois, et des déperditions calorifiques.

*Faut-il augmenter l'épaisseur de la lame d'air pour une meilleur efficacité ?
Lorsque l'épaisseur de la lame d'air est supérieure à 16mm, des études ont mis en évidence un phénomène de convection, à savoir l'apparition de mouvements verticaux de l'air ascendants ou descendants, n'apportant aucune amélioration au processus d'isolation.
En revanche la substitution de l'air par du gaz (argon et krypton) a augmenté la performance d'isolation du double vitrage. Cependant, il ne permet pas de descendre en dessous d'un Ug de 2,5W/m2.k

Une meilleure isolation est encore possible en créant un vide d'air entre les deux vitres, néanmoins la différence de pression laisse entrer l'air ambiant ce qui crée un phénomène de condensation entre les 2 parois vitrées. Il existe également un risque d'éclatement des plaques vitrées, rendant cette solution inapplicable à un usage domestique.